Créé en avril 2017 par Pierre Vié, CHAMADE est un choeur de chambre mixte, composé d'une quinzaine de chanteurs amateurs confirmés.

- notre répertoire : sans restriction de style ou d'époque, plutôt a cappella, selon les coups de cœur du chef et des chanteurs.

- notre mode de fonctionnement : formation vocale personnelle, apprentissage des partitions par travail personnel, mise en commun et travail approfondi avec Pierre un après-midi par mois, le week-end, à Toulouse.

Chamade est l'une des activités de l'association PASSIONS VOCALES

 

Actualité

Concert baroque

Soumis par admin le jeu 30/05/2019 - 08:50
TE DEUM | MAGNIFICAT
Dimanche 9 juin 2019 17:00 Église de CINTEGABELLE
M.-A.Charpentier | C.Monteverdi

Le Te Deum (H. 146) en ré majeur de Marc-Antoine Charpentier est un grand motet versaillais (forme musicale née à la cour de Louis XIV). Il a été composé entre 1688 et 1698, durant le séjour du compositeur à l'église jésuite Saint-Louis, à Paris, où il était directeur musical (en fait maître de musique, c'est-à-dire, en langage moderne, maître de chapelle). L’œuvre est écrite pour chœur, solistes et ensemble instrumental (orchestre).
Ce Te Deum est connu pour son prélude dont les huit mesures introductives servent d’indicatif à l’Eurovision.
La partition du motet nous est connue grâce à un manuscrit autographe qu'on a daté de 1691-1692 approximativement. Il est conservé à Paris à la Bibliothèque nationale de France.
Charpentier aurait composé six Te Deum, bien que seuls quatre soient encore disponibles. Il semble qu'il ait composé ou au moins exécuté cette pièce pour la célébration de la bataille de Steinkerque en août 1692, ou encore en 1696 pour la célébration du traité de Turin.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Te_Deum_(Charpentier)

Le Te Deum : chant de louange à Dieu et chant de fête
Te Deum est une abréviation de l’expression Te Deum laudamus (« Dieu nous te louons »), une prière que l’on chantait depuis le Moyen Âge le dimanche et certains jours de fête. Depuis ses origines, le Te Deum est également utilisé comme chant pour des occasions festives comme les processions ou les victoires.
La première mélodie écrite sur le texte du Te Deum daterait du XIIe siècle, et la première mise en musique polyphonique (à plusieurs voix) date du XIVe siècle. Au XVIIe siècle, ce texte inspire beaucoup les compositeurs qui laissent à la postérité quelques œuvres exemplaires (les Te Deum de Lully ou Charpentier sont parmi les plus connus).
Charpentier compose six Te Deum, œuvres destinées à des moments particulièrement festifs (et l’on fêtait beaucoup de victoires à Versailles en ces temps glorieux du règne de Louis XIV). Le Te Deum H. 146, le plus connu, fête une victoire. Il est de ce fait écrit pour un effectif important : chanteurs solistes, un chœur mixte et un orchestre comportant trompettes et timbales.

https://digital.philharmoniedeparis.fr/0772488-te-deum-h-146-de-marc-antoine-charpentier.aspx